En finir avec la déchetterie de Ménilmontant

Le projet d’implantation d’une déchetterie, en dessous d’un immeuble d’habitation de neuf étages, le long du boulevard de Ménilmontant cristallise l’opposition de nombreux habitants du 11ème arrondissement depuis de nombreuses années. Dès son initialisation par la Ville en 2013, nombreux sont les citoyens et les collectifs qui n’ont pas manqué de pointer de doigt l’inanité d’un projet mené en dépit du bon sens.

La Ville de Paris est déjà à la limite minimale de densité d’espace verts par habitants, telle que définie par l’Organisation mondiale de la santé. Notre arrondissement, le plus dense d’Europe, se situe quant à lui très largement en dessous de cette densité minimale. Le bétonnage d’un espace de respiration constitue dès lors à lui seul un non-sens et un défi lancé à la logique :

  1. Un non-sens en termes d’aménagement : S’il détruit l’unique terrain de sport en plein air de l’arrondissement, lieu de rencontre et de mixité sociale très apprécié de la jeunesse du secteur, s’il détruit d’importants espaces verts dans un arrondissement qui en compte déjà très peu, ce projet va engendrer une aggravation de l’effet d’îlot de chaleur urbain, amoindrir l’infiltration des eaux de pluie dans les sols, et ne solutionnera en rien le déficit de logements à Paris.
  2. Un non-sens en termes de conception : Deux points du dossier cristallisent tout particulièrement la surprise générale. D’une part, les sorties d’aérations de la déchetterie en sous-sol seront positionnées en surface au voisinage immédiat des habitations. Celles-ci généreront des rejets dans l’air ambiant au mieux malodorants, au pire nocifs. D’autre part, compte tenu de la configuration du terrain, la rampe d’accès au centre de valorisation des encombrants sera extrêmement étroite et de pente très forte (16,5%). A titre de comparaison, la pente du tunnel routier d’Aragnouet entre la France et l’Espagne, réputé dangereux, n’est que de 5%.
  3. Un non-sens en termes de circulation : L’ouverture de la déchetterie au public va nécessairement induire une augmentation significative du trafic automobile sur le boulevard de Ménilmontant. Or celui-ci, ne disposant que d’une unique voie de circulation régulièrement congestionnée, ne pourra absorber aucun trafic supplémentaire. Ce projet va en conséquence entraîner de nouveaux embouteillages et accroître la pollution et les rejets de particules dans un secteur déjà fortement sensible, au même titre que l’ensemble de la capitale.
  4. Un non-sens en termes de concertation : En dépit de leurs annonces, ni Ville, ni la municipalité du 11ème arrondissement n’ont jamais organisé de véritable concertation. Les différentes réunions publiques qui se sont tenues en mairie du 11ème arrondissement ne se sont limitées qu’à des présentations magistrales et n’ont apporté aucune réponse aux inquiétudes légitimes et aux arguments des riverains. Dans une ville qui promeut régulièrement la concertation et la démocratie participative, les citoyens mériteraient mieux…

A l’heure où Paris connaît de fréquents pics de pollution et où les pouvoir publics veulent prendre à bras-le-corps les problématiques d’environnement et de santé publique, peut-on vraiment se permettre le bétonnage d’un espace vert alors que des alternatives à ce projet existent ? Nous devons en finir avec ce projet de déchetterie sans queue ni tête. Au-delà, nous devons imposer un moratoire sur la disparition d’espaces verts dans le 11ème. Les opérations de constructions immobilières, qui doivent être encouragées, se limiteront à des opérations en site occupé, sans pouvoir désormais réduire la densité spatiale de verdure.

La construction d’équipements publics à Paris n’est, en soi, pas une mauvaise chose. Néanmoins, la Ville a montré récemment qu’elle savait les construire au-dessus du boulevard périphérique, contribuant ainsi à faire disparaître cette balafre autoroutière. Pourquoi une déchetterie destinée à l’est parisien et sa banlieue ne pourrait-elle pas être implantée à cet endroit ? Situé sur un axe de communication important, sa desserte n’en serait que plus aisée…

La parcelle en friche, issue de la destruction récente du stade de Ménilmontant et des jardins attenants, pourra être rendue à sa destination première : un terrain de sport en plein air et ouvert à tous (qui pourra être sur gazon cette fois-ci) bordé par un parc et un jardin partagé.

Rendons un peu d’air et de verdure à notre 11ème arrondissement !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s